C'est élémentaire ma chère Watson !

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Quartier Marchand -> Commerces
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Matsuo Masaki
Présumé découpable


Inscrit le: 02 Fév 2014
Messages: 138
Espèce: Humains

 Message  Posté le: Ven 17 Fév 2017, 20:42    Sujet du message: C'est élémentaire ma chère Watson ! Répondre en citant

En cette belle matinée de début d'automne, et comme il était bien habituelle à cette heure, le Marché de Clavinia ne désemplissait pas.
Sous un temps particulièrement chaleureux et ensoleillé pour la saison, ce jour-ci, une effervescence particulière animait la grand place, où nombres d'étals en tout genres avaient pris quartier. Une animation entretenue autant par les clients nombreux que par les commerçants qui, comme dans tous les pays du monde, haranguaient le chaland !

Chaque détours, et croisements étaient l'occasion d’égayer ou frustrer ses papilles. Odeurs de fleurs, poissons, légumes, fruits, fruits secs, miel, provenant en cette période de l’année essentiellement de la région. On y trouvait aussi, et bien sûr, diverses des inévitables "Pajanaiseries" communes à toutes les places marchandes. Notamment des vêtements, linges divers, bijoux, pacotilles et autres bric-à-brac exotiques de droguerie en provenance de divers horizons.

En parlant de "Pajanaiserie", un remarquable spécimen avait décidé d'installer aujourd'hui son étal d'estampe au milieu des autres échoppes marchandes de la place.

L'artiste avait ainsi disposé une multitude de dessins, encres du Pajan, et illustration de son cru, le tout accrochés contre les poteaux de son échoppe, ou disposés sur un étal décoré de quelques fleurs de son propre jardin, histoire d'agrémenter le côté visuel par le côté senteur. L'ensemble permettait d'avoir un bel aperçu de son travail. Celui-ci ne consistait d'ailleurs pas qu'à vendre des dessins tout prêt, puisqu'un petit espace avait été également disposé pour permettre au client de s’asseoir et de se faire croquer en direct par l'illustrateur : Matsuo Masaki.

Ce dernier avait laissé de côté son manteau d'uniforme, accroché à une poutre, et ses sabres disposés à portée de main malgré tout, pour une allure un tantinet plus décontractée qu'à son habitude. Si le bas de sa tenue restait toute militaire, le haut n'était en revanche qu'un simple maillot sans manche, lui permettant de supporter la chaleur déjà montante de la journée.

Assis en tailleur, il se rafraîchissait paresseusement, bien à l'ombre de sa toile de bivouaque, un éventail à la main, et un mug en terre cuite de thé glacé à ses côté. Et oui vous avez bien lu "glacé"...

Ce petit miracle était dû à la combinaison astucieuse des caves à glace creusées sous la cuisine de sa propre maison, et d'un petit bijoux de technologie acheté à prix d'or, aux allures de commode en bois, et véritable rêve de tout cuisinier : une glacière en bois et Zinc.

Cet ingénieux dispositif, permettait alors au Pajanais de conserver des pains de glace à portée de main, et d'ainsi rafraîchir ses boissons pour supporter la chaleur. Cela lui permettait également d'offrir à ses clients venu se faire tirer le portrait, de quoi passer le temps bien plus agréablement que sous n'importe quelle échoppe d'artiste.

Inutile de préciser que cette idée lui avait valu une belle publicité... Depuis qu'il s'était installé tôt dans la matinée, les clients s’enchaînaient. Outre le côté financier de son succès, cela lui permettait également de discuter avec un maximum de monde et se tenir informé de tout ce qu'il se passait en ville. Un avantage non négligeable pour son autre et véritable métier, celui de détective.

Heureusement, il y avait des périodes de creux et nombre des clients du jour venaient essentiellement acheter des œuvres toutes faites... Cela lui permettait de se reposer quelque peu et de profiter lui aussi de l'ambiance du marché qu'il trouvait très agréable.

Lui qui était d'un naturel plutôt romantique -au sens littéraire du terme- et ténébreux, se prêtait alors au jeu de sourire, discuter et plaisanter avec les badauds ou les commerçants voisins.

La journée s'annonçait donc pour être très belle. D'autant plus quand à son grand plaisir, c'était une une jolie femme qui s'approchait désormais pour constater sa marchandise ! ... Oui, c'est vrai, celle ci était facile.

" Bonjour bonjour, Mademoiselle ! Souhaitez vous me faire l'honneur de saisir votre éclatante beauté ?

___________________________________________________

Citation:
Connaissance : Déchiffrage : 6 ; Investigation : 6 ; Erudit : 3
Combat : Base offensive (Katana / Kodashi) : 6 ; Feinte et déplacement : 3 ; Parade : 2
Larcin : Discretion : 4
Escroquerie : Triche : 2
Perception : 3

Physique : Endurance : 2 ; Course et saut : 2

Métier : Artisan (illustrateur) : 5

Reserve : 0




Dernière édition par Matsuo Masaki le Sam 18 Fév 2017, 17:39; édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






 Message  Posté le: Ven 17 Fév 2017, 20:42    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Vaya
Mélusine en faillite


Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 324
Localisation: Clavinia
Emploi: pirate
Loisirs: médecine
Espèce: Humains

 Message  Posté le: Ven 17 Fév 2017, 22:41    Sujet du message: C'est élémentaire ma chère Watson ! Répondre en citant

Vaya était tombée du lit ce matin... Et pas qu'au sens figuré figurez-vous. Une vraie belle chute, lui rappelant que la journée appartenait à ceux qui se lèvent tôt. Soit. Elle jeta un œil rapide dehors. L'aube approchait. C'était encore raisonnable pour son petit rituel dans les bois mais aujourd'hui, c'était jour de marché. Sa petite course matinale attendrait. Il y avait d'autres priorités...

Elle prit le temps de s'apprêter, choisissant une ravissante robe corsetée de cuir sombre à la taille, rehaussa son regard gourmand d'un trait de khôl, et poudra son minois. Mais l'essentiel... l'essentiel... : Elle peigna ses cheveux, puis releva ses boucles sur le côté, les fixant avec moult pinces, et une voilette qui lui couvrait gracieusement une partie de l'ovale de son visage. Bottines lacées, sa petite sacoche avec toujours le minimum vital : pistolet, fil, aiguille, alcool, quelques fioles et bandages... elle était quasiment prête. Elle finit de se parer d'une cape de laine bordée de fourrure pour se couvrir et attacha son poignard ostensiblement à sa taille. Le soleil avait eu largement le temps de se hisser au dessous des bois. Il était temps de rejoindre la ville.

-------------------------------------------

Vaya avait le nez plongé dans sa petite liste d'ingrédient. Il lui manquait quelques épices indispensables à sa "cuisine". Quelque chose qui relèverait le goût d'une manière tout à fait exquise, qui parfumerait agréablement l'ensemble de sa petite maison. Rien que l'odeur alléchante de ce qui l'attendait la mettait en joie et flirtait avec ses endorphines. Elle marchait d'un pas vif parmi les badauds qui flânaient sur le marché. Sa démarche assurée lui facilitait les choses. Petit bout de femme dynamique et fière... Les gens s'écartaient naturellement... Ou se prenaient une épaule adroitement placée qu'aucune excuse ne venait adoucir.

Elle se dirigea droit sur l'étal coutumier et... et mince alors, son revendeur favori n'était pas à sa place. Voila qui la contrariait au plus haut point. Comment allait-elle le retrouver dans toute cette masse grouillante sans perdre son temps ? Mission impossible, surtout qu'elle n'avait aucune certitude qu'il n'était simplement pas absent. Elle releva le nez et regarda autour d'elle. Le soleil promettait une journée radieuse. C'était peut-être l'occasion de prendre un peu son temps. Elle se pinça l'arrête du nez, blasée, exhala un profond soupir et se reprit. Elle avait d'autres chats à fouetter.

C'est au milieu de ses réflexions, qu'elle se fit interpeller de la manière la plus audacieuse qui soit. Quel vil flatteur ! N'empêche, elle s'arrêta.

" Bonjour bonjour, Mademoiselle ! Souhaitez vous me faire l'honneur de saisir votre éclatante beauté ? "
Et plus que le bonhomme et son interpellation, c'est le talent certain qu'il avait qui la convainquit. Elle prit quelques secondes pour l'observer avant de lui répondre.

"Bonjour cher monsieur.
Si c'est un honneur pour vous, cela sous-entend donc que c'est gratuit pour moi ?"

fit-elle avec son plus charmant sourire en penchant délicatement la tête.

Elle s'approcha plus près, les yeux étincelants de malice. Finalement, cette matinée ne serait peut-être pas si perdu que ça et promettait un peu d'amusement. Attendant la réponse du jeune homme, elle laissa une main vagabonder sur les vélins et autres papiers, découvrant son étrange art. Voila quelque chose d'exquis !

___________________________________________________



Crédits avatar-bannière : Loish
Connaissance (18) : déchiffrage 6 | investigations 6 | érudit 5 | scientifique 1
Médecine (14)
: premiers soins 6 | traitements médicamenteux 4 | diagnostic : 3 | chirurgien 1 Larcin (5) : Discrétion 5
Tir (pistolet) (15) : Base de tir 6 | Précision 6 | rechargement rapide 3 Corps à corps (poignard) (6) : Base offensive 4 | parade 1 | Feinte et déplacement 1
Résistance aux poisons : 1 Résistance aux maladies : 2 Dur à cuir : 4
Endurance : 2 course et saut : 2 souplesse : 2 Navigation (1) : Marin 1


Dernière édition par Vaya le Sam 18 Fév 2017, 15:17; édité 2 fois
Revenir en haut
Skype
Matsuo Masaki
Présumé découpable


Inscrit le: 02 Fév 2014
Messages: 138
Espèce: Humains

 Message  Posté le: Sam 18 Fév 2017, 02:15    Sujet du message: C'est élémentaire ma chère Watson ! Répondre en citant

Et bim ! Ça lui apprendra à en faire trop... D'un autre côté, c'était le Pajanais lui même qui avait ouvert la brèche en interpellant la jeune femme de cette manière.

Visiblement, cette dernière savait jouer de ses charmes et n'était pas habituée à ce qu'un homme lui dise non... C'était cependant bien mal connaitre le détective qui, il est vrai, bénéficiait d'un solide entrainement en la matière avec les propres femmes de sa vie. Et accessoirement possédait un premier cerveau qui avait toujours primé sur le second !

C'était joliment tenté malgré tout. Ainsi Matsuo ne se laissa t'il pas démonter et se contenta de répondre avec un sourire tout aussi charmeur que celui de son interlocutrice.

" Si j'avais dû répondre "oui" à chaque fois qu'un modèle me proposait de la peindre pour l'amour de l'art, je serais sur la paille à ce jour, vous ne croyez pas ?

Eh oui ! Il fallait bien plus qu'un joli minois pour convaincre un Pajanais d’abandonner aussi facilement une transaction commerciale ! Et encore, il ne s'agissait là que d'une évidence d'ordre génétique. Parmi les Pajanais implanté sur l'île, Matsuo devait bien être celui qui accordait le moins de valeur à l'argent. Notre ami n'osa même pas imaginer la réponse que lui aurait fait Kyo si c'était lui qui c'était trouvé à sa place ce jour là...


Ne doutant cependant pas une seconde que la jeune femme accepterait malgré tout la proposition, le Pajanais commençait déjà à sortir son matériel, tout en poursuivant aimablement.

" En revanche, je puis vous offrir un thé rafraîchissant, ainsi que l'une de ses fleurs si le cœur vous en dit !
Pour les estampes, c'est 10 pièces d'or le rouleau ! "


Ponctuât-il avec une malice enfantine dans le regard.

Il lui proposait cela, mais à dire vrai, il se demandait si la jeune femme avait seulement entendu ses paroles, tant cette dernière semblait fascinée par son travail, exposé juste devant lui. Habitué à la présence de simples curieux ignorants et amateurs d'exotisme, il trouva même cet engouement plutôt flatteur. Dans ce monde de Pirate... Il était toujours agréable de rencontrer quelqu'un qui savait prendre le temps d'admirer les jolies choses...

ET NON IL NE LUI FERAIT TOUJOURS PAS CADEAU DU PORTRAIT !

Si l'Art et l'argent étaient indissociable, alors cette fille aujourd'hui serait son chef-d'oeuvre !

Ayant terminé d’affûter ses fusains, Matsuo prit alors la théière pour servir à la demoiselle une tasse de son breuvage, l'invitant déjà à s’asseoir en face de lui sur un petit tabouret.

"Allons, prenez place je vous prie !

Vous vous appellez comment ?"


___________________________________________________

Citation:
Connaissance : Déchiffrage : 6 ; Investigation : 6 ; Erudit : 3
Combat : Base offensive (Katana / Kodashi) : 6 ; Feinte et déplacement : 3 ; Parade : 2
Larcin : Discretion : 4
Escroquerie : Triche : 2
Perception : 3

Physique : Endurance : 2 ; Course et saut : 2

Métier : Artisan (illustrateur) : 5

Reserve : 0


Revenir en haut
Vaya
Mélusine en faillite


Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 324
Localisation: Clavinia
Emploi: pirate
Loisirs: médecine
Espèce: Humains

 Message  Posté le: Sam 18 Fév 2017, 11:37    Sujet du message: C'est élémentaire ma chère Watson ! Répondre en citant

" Si j'avais dû répondre "oui" à chaque fois qu'un modèle me proposait de la peindre pour l'amour de l'art, je serais sur la paille à ce jour, vous ne croyez pas ?"

Vaya éclata d’un rire franc. C'était un son agréable et cristallin, qui inspirait confiance. Le soubresaut agita ses boucles rouges autour de son visage et lui chatouilla la nuque.

“Mais monsieur, je ne vous ai rien proposé ! C’est vous qui êtes en position de demandeur… D’ailleurs, ne devrais-je pas me faire payer pour accepter votre proposition ? C'est vous qui avez demandé une modèle et besoin d'une cliente. Pas l'inverse. Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit.”

La rouquine était vraiment amusée par l'énergumène devant elle. Il avait du culot et cela lui plaisait bien. Un vrai marchand de tapis. Il avait du talent, c’était certain et avait sans aucun doute sa place sur un marché. Mais il la lui faisait à l’envers l’escroc. Après tout, elle n’avait absolument rien demandé. Mais il semblait croire que c'était elle qui avait réclamé son portrait. Il se trompait lourdement. C'était lui qui avait besoin d'un modèle... et à posteriori, d'un client.... Elle le laissa mariner avec ses esprits avant de reprendre plus prudente, en baissant d'un ton :

"10 pièces d'or... "

Elle tiqua sur le montant. Vaya planta son regard chocolat dans celui du jeune homme, essayant de le jauger du mieux qu'elle pouvait... Certes c'était un artiste. Le prix d'une "œuvre" était subjectif. Mais... C'était exorbitant ! Il lui semblait qu'il avait plus le tempérament d'un commerçant à ce moment là. Elle joua donc son jeu et entra dans son bluff. Après tout, elle pourrait s'amuser un peu avant de tourner les talons sans autre forme de procès.

"Je ne les ai pas. Je vous en donne 4 pièces d'argent et 3 fioles de ma composition spéciale... L'une est un pansement gastrique, et les 2 autres sont des anti-douleurs... ainsi qu'un peu de mon précieux temps. "

Allait-il capituler ? Proposer une autre offre ? S'énerver ? Des pièces d'or sérieusement.... Comme si tout le monde se promenait avec une telle somme sur lui. A part quelques bourgeois prétentieux, dans une ville pirate, on ne se promenait pas avec autant. Enfin en tout cas, aux yeux de Vaya, c'était une somme qu'elle n'était pas prête à se faire voler au coin d'une rue.

"Mlle Nimoa.
Et qui est l'artiste qui signe ces œuvres ?"

voulut-elle savoir à son tour.

Par contre, elle n'avait pas encore pris place. Ce serait un signe acceptant son tarif. Elle n'en était pas encore là. Elle attendait de voir comment il allait réagir et négocier. Tout se négociait sur un marché. L'art, comme les épices. Elle n'avait pas eu ses épices, mais elle ne repartirait peut-être pas bredouille.


{dialogue en cours}

___________________________________________________



Crédits avatar-bannière : Loish
Connaissance (18) : déchiffrage 6 | investigations 6 | érudit 5 | scientifique 1
Médecine (14)
: premiers soins 6 | traitements médicamenteux 4 | diagnostic : 3 | chirurgien 1 Larcin (5) : Discrétion 5
Tir (pistolet) (15) : Base de tir 6 | Précision 6 | rechargement rapide 3 Corps à corps (poignard) (6) : Base offensive 4 | parade 1 | Feinte et déplacement 1
Résistance aux poisons : 1 Résistance aux maladies : 2 Dur à cuir : 4
Endurance : 2 course et saut : 2 souplesse : 2 Navigation (1) : Marin 1
Revenir en haut
Skype
Matsuo Masaki
Présumé découpable


Inscrit le: 02 Fév 2014
Messages: 138
Espèce: Humains

 Message  Posté le: Dim 19 Fév 2017, 14:51    Sujet du message: C'est élémentaire ma chère Watson ! Répondre en citant

Elle ne lâchait rien la bougresse… Mais c’était plutôt amusant ! Ainsi lorsqu’elle lui rétorqua que c’était lui qui avait besoin d’un client, il ne put réprimer un petit rire.

“En tant qu’artiste, il y a de bonnes chances que je ne sois reconnu qu’après ma mort. Ce sont vos descendant qui gagneront une fortune en revendant mes estampes et votre portrait, pas les miens !

Du coup… Ca me parais être un juste retour des choses que je vous prélève un peu d’argent maintenant !”


dit-il avec une expression enfantine.

Evidemment les estampes à 10 pièces d’or étaient purement du bluff. Il n’avait volontairement fixé aucun prix et cela appelait naturellement au marchandage.. En annonçant une somme exorbitante, les client cherchaient naturellement à descendre… Mais annonçaient aussi bien souvent une somme bien au dessus de la valeure réelle des produits !

Et puis… Elle n’était pas sensée savoir que notre détective était déjà riche et n’avait en réalité que faire du fruit de ses ventes. Ainsi la somme annoncée par Mlle Nimoa lui parut pleinement satisfaisante.
Des anti douleurs, pour un expert en sabre, c’était plutôt utile. Un pansements gastriques… Là c’était un véritable graal pour espérer survivre à la cuisine infecte de Kyo !

“D’accord pour la monnaie et les potions… Je relance cependant avec audace ! Quelques instants supplémentaires de votre précieux temps, pour un thé ou un dîner en votre agréable compagnie !

Et pour cause… Seriez vous un esprit scientifique mademoiselle Nimoa ?”


“Si c’est vous qui offrez…. J’accepte” Répondit simplement la demoiselle dans un haussement d’épaule qui se voulait désinvolte aux yeux du Pajanais. Cependant, ce dernier ne doutait pas un instant de la manoeuvre, rares auraient été les demoiselles à qui une invitation aux frais de la princesse n’auraient pas été alléchante. Du moins… Dans ce monde de Pirate !

“Cependant, vous ne savez pas encore si ma compagnie est agréable. Je serais vous, je me méfierai plus”

fit-elle avec un éclat plus dur et métallique dans le regard.

“ En tout cas, on peut dire ça… J’aime la recherche et je m’essaie à quelques tests quand je peux…”

“S’agissant de pur plaisir galant et non plus de commerce, il est évident que je vous invite ! Au passage… L’artiste qui vous invite se nomme Matsuo Masaki.” Lui répondit alors le détective en lui adressant un petit clin d’oeil, et en déposant directement la tasse de thé glacé entre ses mains.

A présent suffisamment proche d’elle pour plonger son regard aux reflets violet dans ceux de la demoiselle, il poursuivit sur un ton aussi posé que charmeur et visiblement nullement inquiet de l’avertissement de la jeune femme.

“Et j’entends votre mise en garde. Cette dernière est d’ailleurs parfaitement justifiée, pour vous comme pour moi, il me semble !

Cependant… A fuir les risques, on se prive également de possibles belles rencontres ! N’est-il pas plus inhabituel et amusant de procéder ainsi ?”


___________________________________________________

Citation:
Connaissance : Déchiffrage : 6 ; Investigation : 6 ; Erudit : 3
Combat : Base offensive (Katana / Kodashi) : 6 ; Feinte et déplacement : 3 ; Parade : 2
Larcin : Discretion : 4
Escroquerie : Triche : 2
Perception : 3

Physique : Endurance : 2 ; Course et saut : 2

Métier : Artisan (illustrateur) : 5

Reserve : 0


Revenir en haut
Vaya
Mélusine en faillite


Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 324
Localisation: Clavinia
Emploi: pirate
Loisirs: médecine
Espèce: Humains

 Message  Posté le: Lun 20 Fév 2017, 14:45    Sujet du message: C'est élémentaire ma chère Watson ! Répondre en citant

“Vous marquez un point effectivement.”

Partant du principe que toute cette conversation n’était qu’un acquiescement positif au tarif qu’elle avait évoqué, Vaya s’asseye sur le siège indiqué par Matsuo, la tasse entre les mains. Elle prend quelques secondes pour observer son nouveau point de vue.

“Bien. Que dois-je faire ? Ne plus bouger et respirer ?”

Elle l'observe s’installer à son tour juste en face d’elle. Il dispose une tablette contre ses jambes croisées en tailleur, et se saisit de l’un des fusains juste à côté de lui. Ses gestes semblent précis et habitués.

“ J’ai une excellente mémoire visuelle… Vous pouvez donc parler et boire votre boisson tant que vous limitez vos mouvements et essayez de conserver la pose que vous avez choisie dès le départ.

Je tiens à vous avertir que j’extrapole beaucoup du moment que le portrait est beau et ressemblant… Cela me démarque de la plupart des portraitistes, mais ça rend les choses plus agréables à supporter pour le modèle.”


Vaya remarqua le changement d'attitude qui venait de s'opérer chez lui. L'instant d'avant, il se comportait comme un marchand de tapis et un vil séducteur… Mais maintenant... Son expression et son sourire s’étaient immédiatement radoucis sitôt qu’il avait eu un crayon en main. A présent, ce n’était plus le commerçant le même homme. C'était l’artiste qui s’exprimait.

“Des exigences particulières pour ce portrait ? Plutôt un gros plan du visage ? le corps entier ? Un décor à imaginer ?” Conclut-il sans perdre cette expression douce.

La rouquine se détendit, garda le dos droit mais adossa légèrement une contre le dossier pour se soutenir sur la durée. D’un geste de la main nonchalant à son intention, elle chassa ses questions.

“C’est vous l’artiste. Faites comme bon vous semble.”

Elle huma la boisson et la goûta du bout des lèvres. Une habitude qu’elle avait prise depuis une triste mésaventure en arrivant à Clavinia. Et qu'elle avait gardée, surtout en testant parfois elle-même ses différentes combinaisons de produits et poison (ceux dont elle savait qu'il n'était pas nocif à petite dose). L’odeur pouvait souvent trahir un ajout supplémentaire non souhaité. Ici, à part une légère odeur de miel et le fumet du thé… Rien de décelable… Ou en tout cas, rien qu’elle ne connaissait.

Puis elle revint à sa priorité du moment et décida de lancer la conversation. Quitte à rester assise ici...

“vous dessinez depuis longtemps ?”

Le Pajanais avait aussitôt commencer à tirer quelques traits sur sa feuilles, avec une dextérité qui aurait pu faire penser à des gestes automatiques.

“J’ai appris dès que j’ai su tenir un crayon… Ce n’est d’ailleurs pas la seule activité que je pratique.”

Vaya ne put s'empêcher de se demander ce qu'une telle dextérité pouvait bien suggérer...

En à peine quelques traits, elle voyait déjà une forme humaine commencer à apparaître. La position particulière de Matsuo permettait à la demoiselle d’avoir pleine vue sur son travail. Finalement, l’artiste semblait avoir opté pour un portrait en pied. Une silhouette de femme, à la posture droite, assise jambe croisée sous sa robe. Celle là même qu’il voyait en face de lui finalement.

Cela n’avait été que quelques coups de crayon, mais déjà le jeune homme arborait un petit sourire satisfait.

“Vous dégagez de l’autorité… Je dirai même une grande noblesse dans votre posture ! Vous apportez un grand soin à votre apparence. Pour quelqu’un de mon métier, c’est toujours un défi intéressant !”

Vaya braqua son regard sur le pajanais. Quel étrange phénomène que voila… C’était son procès ou quoi ? Il se prenait pour qui à la jauger... juger ? ainsi. Et elle ne voyait pas bien le lien entre son métier et ce qu'elle dégageait. Enfin... Pas pour un simple artiste.

___________________________________________________



Crédits avatar-bannière : Loish
Connaissance (18) : déchiffrage 6 | investigations 6 | érudit 5 | scientifique 1
Médecine (14)
: premiers soins 6 | traitements médicamenteux 4 | diagnostic : 3 | chirurgien 1 Larcin (5) : Discrétion 5
Tir (pistolet) (15) : Base de tir 6 | Précision 6 | rechargement rapide 3 Corps à corps (poignard) (6) : Base offensive 4 | parade 1 | Feinte et déplacement 1
Résistance aux poisons : 1 Résistance aux maladies : 2 Dur à cuir : 4
Endurance : 2 course et saut : 2 souplesse : 2 Navigation (1) : Marin 1
Revenir en haut
Skype
Matsuo Masaki
Présumé découpable


Inscrit le: 02 Fév 2014
Messages: 138
Espèce: Humains

 Message  Posté le: Lun 20 Fév 2017, 20:11    Sujet du message: C'est élémentaire ma chère Watson ! Répondre en citant

Bien évidemment, la jeune femme ne pouvait se douter du sous entendu derrière l’évocation de “son métier”. Mais là il s’agissait simplement de faire connaissance. Curieux, il poursuivit alors :

“ Et vous ? … Il y a longtemps que vous pratiquez la médecine Mlle Nimoa ? … Vous ne m’avez toujours pas dit votre prénom à propos !”

“C’est que… Nous n’avons pas élevé les cochons ensemble voyez vous !”


Re-BIM… Le Pajanais arrêta son crayon et releva la tête avec une expression un peu surprise. Sans pour autant exprimer une quelconque vexation.

Vaya quant à elle, laissa passer quelques secondes, totalement impassible, et sérieuse… Avant d’éclater de rire devant la tête du jeune homme.

“Vaya. Vaya Nimoa.”
“Vous êtes bien empressé de tout connaître de ma personne. Mon visage ne suffit pas à votre art ?”

fit-elle, soupçonneuse.


A ces mots, l’expression du Pajanais se détendit et il laissa échapper un soupir accompagné d’un sourire gêné.

“Je vous prie d’excuser ma grande curiosité ! J’ai tendance à voir beaucoup de choses du premier coup d’oeil, et à chercher des réponses derrière… C’est un défaut je l’admets.”

Il reprit alors son dessin, celui-ci se détaillant à vu d’oeil, tant sa main semblait passer et repasser dessus tel une véritable machine.

Visiblement extrêmement gêné d’avoir ainsi piqué la demoiselle, il poursuivit, conscient de devoir fournir quelques explications supplémentaires.

Vaya ne pouvait que remarquer son malaise… Ce n’est pas pour autant qu’elle fit quoi que ce soit pour changer la situation.. Au contraire, elle ne cessait de le fixer d’un oeil inquisiteur. C’était assez dérangeant… Était-ce un jeu pour elle ?

“Comment vous expliquer...

Disons que j’ai moi aussi l’esprit cartésien… On peut apprendre beaucoup de choses sur les gens rien qu’en les observants.

Par exemple, Vous avez sur votre manche une légère déchirure. Vous l’avez raccommodée vous même en utilisant un point en croix bien spécifique… Automatiquement, cela me donne trois informations.

Vous pratiquez la chirurgie… Ajoutez cela aux potions que vous me proposez, et vous n’êtes pas simple apothicaire. Vous devez êtres médecin. Et vous ne roulez pas sur l’or au point de pouvoir changer de tenue au moindre accroc… Vous avez d'ailleurs cherché à négocier le prix de mes estampes...

Bref. Soit vous êtes vraiment très radine, soit votre noblesse est donc de caractère et non pas de métier.”


Vaya posa la tasse sur la desserte à proximité. Puis saisit ses genoux de ses mains entrecroisées, et lui sortit un sourire carnassier. Il y avait certainement du vrai, comme du faux dans l’analyse du détective. Mais loin d’elle l’idée de le détromper sur quelque chose... C’était un avantage de connaître la vérité et de laisser les autres dans ce qu’ils croyaient être leur vérité. Et ça, le Pajanais en avait conscience tout autant qu’elle.

Il y eu quelques secondes de flottement. Un jeu semblait s’être définitivement installé entre les deux personnages.

“En effet, vous êtes très observateur Matsuo.”

___________________________________________________

Citation:
Connaissance : Déchiffrage : 6 ; Investigation : 6 ; Erudit : 3
Combat : Base offensive (Katana / Kodashi) : 6 ; Feinte et déplacement : 3 ; Parade : 2
Larcin : Discretion : 4
Escroquerie : Triche : 2
Perception : 3

Physique : Endurance : 2 ; Course et saut : 2

Métier : Artisan (illustrateur) : 5

Reserve : 0


Revenir en haut
Vaya
Mélusine en faillite


Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 324
Localisation: Clavinia
Emploi: pirate
Loisirs: médecine
Espèce: Humains

 Message  Posté le: Lun 20 Fév 2017, 21:27    Sujet du message: C'est élémentaire ma chère Watson ! Répondre en citant

“je vous en prie… mais cela ne reste que des suppositions ! “ Corrigea t'il.

“Disons plutôt que c’est élémentaire ! Ai-je au moins bien deviné votre profession? “

Vaya pencha la tête, pensive, se demandant ce qu’elle avait envie de lui infirmer. Pour l'instant, elle avait juste envie d'en dire le moins possible. Mais bon, les rumeurs allaient vite en général. Ceux qui avaient besoin de ses services finissaient toujours par la trouver.

“Médecin… Un bien grand mot. Je le suis de manière officielle, essentiellement lorsque j’embarque sur un bateau pirate en mission.”

Le reste du temps.... C'était de la médecine clandestine. Si un tel usage était possible. Pour le reste, sa mère devait avoir les oreilles qui sifflaient. Sa famille ne faisait pas partie de la grande bourgeoisie, mais tout de même. Ils vivaient bien sur leurs terres. Mais dans un sens… c’était à sa mère, non à elle. Et elle, elle était partie sans argent dans une ville pirate. Alors, de ce point, elle n’allait pas le contredire. Cela ne le regardait pas.

“Cependant, votre allusion à votre métier était très… inopiné tout à l’heure. Dites-en moi plus…
Voyez cela comme un échange de bons procédés.”


Il arbora un joli sourire. La question était claire, mais il décida de répondre de manière détournée. Ou du moins certainement pas ce que Vaya espérait entendre.

“Généralement il est plus difficile de dessiner de long cheveux bouclés et des robes sophistiquées, que des chauves en guenilles.” déclara t-il mutin.

Elle plissa les yeux, devant sa volonté de lui même en dire le moins possible. Ou alors il la prenait pour une potiche qui n'avait rien saisi. Elle allait l'interrompre, mais il fut plus rapide qu'elle et enchaîna :

“il y a une dernière chose que je peux affirmer en vous observant… “

Il retourne son support à dessin pour qu’elle puisse mieux admirer ce qu’il avait déjà pu dessiner.

“vous êtes très belle… “ Déclara t’il, une expression enfantine au visage.

La sincérité de Matsuo désarma momentanément la rouquine qui ne sut quoi répondre. Elle se contenta d'observer son portrait. Elle était méconnaissable.

Il manquait encore l'encre et un peu de détail sur l’esquisse crayonnée, mais le portrait était déjà suffisamment précis pour que Vaya se voit assise dans une posture élégante, un peu comme le serait le portrait d'une noble. Il ne s’agissait pourtant ni plus ni moins que la posture qu’elle arborait de manière inconsciente, assise sur son tabouret.

Un visage doux et une expression assez neutre. On pouvait cependant déjà lire une certaine intensité, et un soin tout particulier apporté au regard. Comme si le Pajanais avait voulu exprimer une grande force de caractère. Tout autour, un cadre décoratif de style purement oriental. Parsemé de quelques fleurs.

Vaya ne manqua pas de remarquer les végétaux. Tous réputés pour avoir des vertus médicales… ou létales suivant le dosage. Un cadre rempli d'ambiguïté donc. Et indiquant clairement un certain niveau de connaissance de son interlocuteur. Elle le nota dans un coin de sa tête pour plus tard. Pour l'instant, elle était réellement ravie du portrait.

“Vous me voyez vraiment comme ça ? “ Fit elle ébahie

“ Moi… Je ne suis qu’un intermédiaire entre vous et cette feuille de papier. L’art Pajanais est avant tout symbolique. Pas seulement représentatif.

Ce qui compte véritablement, c’est ce que vous voyez, vous. “


Cette explication sembla convenir à la demoiselle qui s'en satisfit. Elle l'invita à continuer son travail...

___________________________________________________



Crédits avatar-bannière : Loish
Connaissance (18) : déchiffrage 6 | investigations 6 | érudit 5 | scientifique 1
Médecine (14)
: premiers soins 6 | traitements médicamenteux 4 | diagnostic : 3 | chirurgien 1 Larcin (5) : Discrétion 5
Tir (pistolet) (15) : Base de tir 6 | Précision 6 | rechargement rapide 3 Corps à corps (poignard) (6) : Base offensive 4 | parade 1 | Feinte et déplacement 1
Résistance aux poisons : 1 Résistance aux maladies : 2 Dur à cuir : 4
Endurance : 2 course et saut : 2 souplesse : 2 Navigation (1) : Marin 1
Revenir en haut
Skype
Matsuo Masaki
Présumé découpable


Inscrit le: 02 Fév 2014
Messages: 138
Espèce: Humains

 Message  Posté le: Jeu 23 Fév 2017, 01:35    Sujet du message: C'est élémentaire ma chère Watson ! Répondre en citant

Au vu de la réaction de la jeune femme, le Pajanais ne se fit pas prier pour poursuivre son oeuvre. Détaillant d'avantage son dessin, afin d'en préparer les contours et reliefs avant de passer à l'encrage définitif.

Pas de doute, la journée s'annonçait sous les meilleurs auspices. Une belle journée, une rencontre intéressante, déjà la possibilité de prolonger cette dernière dans un tout autre contexte. Matsuo ne pouvait rêver meilleures conditions pour trouver l'inspiration.

La phase d'apprivoisement entre les deux personnages avait ainsi laissé place à quelques minutes de silence. Pas de ceux qui mettent mal à l'aise.

Il ne suffisait plus désormais que d'un échange de regard ; un sourire et quelques coups de crayons supplémentaires. Matsuo était tout à ce qu'il faisait.

Finalement, l'envie de faire de Vaya son chef d'oeuvre n'était peut être pas si ironique ? ...

Quoi qu'il en soit, il s'agissait désormais d'un moment de pure création artistique. Ce qui se rapprochait le plus de la magie dans l'esprit si pragmatique du Detective.

Malheureusement cette sérénité fut assez brutalement troublée par quelques cris lointains, aussitôt suivi d'une grande fébrilité dans la foule avoisinante.

Bientôt ce fut même une voix parfaitement audible qui s'écria dans l'assemblée "Un médecin ! Faites venir un médecin ! "

Oui... Cette fois, s'en était définitivement trop pour poursuivre ! Cachant son irritation d'avoir été ainsi interrompu, le Pajanais reposa ses fusains, et commença, en même temps que son modèle à observer les alentours pour tenter de comprendre ce qu'il se passait. Il était désormais clair qu'un drame venait de se jouer quelque part...

Apercevant son voisin d'échoppe en grande conversation avec un badaud, le pajanais se permit donc d'interpeller ce dernier.

"Hé, Sélim ! tu as une idée de ce qu'il se passe ?"

Visiblement un peu désœuvré, le brave marchand désireux de répondre à son confrère se gratta un instant la nuque, avant dénoncer avec un fond d'hésitation dans la voix.

"Je ne sais pas trop... Apparemment un type s'est effondré en pleine rue... On sait pas ce qu'il a. Il est à l'agonie."

Cette simple phrase posait une énigme... Probablement anodine, mais qui ne pouvait qu'interpeller le côté détective de notre artiste. S'adressant alors autant à son interlocuteur qu'à Vaya toute proche, il ne put s'empêcher de laisser échapper :

" Attends... On ne s'effondre pas comme ça sans raison !"

Une crise cardiaque ? Une maladie plus longue qui s'était déclarée soudainement ? Un coup de chaleur ? Un empoisonnement ? C'était à la fois curieux et dramatique...

Et dire que la journée avait si bien commencé... Il n'aurait jamais cru que cette dernière puisse finalement s'améliorer d'avantage !

Une énigme... comme ça, toute chaude qu'on lui servait sur un plateau !

Bon d'accord... C'était quand même un peu malheureux pour le gars... Il avait peut être une famille éplorée, tout ça, tout ça... Enfin ça, c'était plutôt un détail pour le moment.

Le meilleur moyen de comprendre, c'était peut être finalement de se rendre sur place...

D'ailleurs, il n'était probablement pas le seul à raisonner de cette manière ici...

Avec flegme, il posa alors son index contre ses lèvres, dans une attitude réflective. Puis il tourna les yeux en direction de Vaya, donnant l'impression, de ne pas trop savoir quoi faire lui même, avant de demander innocemment.

"Ils ont l'air d'avoir besoin d'aide... Vous souhaitez peut être y aller ?

___________________________________________________

Citation:
Connaissance : Déchiffrage : 6 ; Investigation : 6 ; Erudit : 3
Combat : Base offensive (Katana / Kodashi) : 6 ; Feinte et déplacement : 3 ; Parade : 2
Larcin : Discretion : 4
Escroquerie : Triche : 2
Perception : 3

Physique : Endurance : 2 ; Course et saut : 2

Métier : Artisan (illustrateur) : 5

Reserve : 0


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






 Message  Posté le: Aujourd’hui à 21:27    Sujet du message: C'est élémentaire ma chère Watson !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Quartier Marchand -> Commerces Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com